Troubles Musculo Squelettiques et Plasturgie

Publié le par Réseau Experts

Syndromes du canal carpien, tendinites, ténosynovites... Depuis le début des années 90, le nombre des troubles musculo-squelettiques (TMS) a connu une augmentation spectaculaire (passage de 400 maladies professionnelles déclarées en 92 en Rhône- Alpes à plus de 2700 en 2006).

 

Aujourd'hui, ces affections chroniques représentent à elles seules près de 90% des maladies professionnelles reconnues du secteur de la plasturgie (source INRS). D’autre part, 30% des accidents du travail du secteur sont des douleurs de type lumbagos. Les coûts moyens des maladies professionnelles associées sont les suivants : canal carpien - 11 000 euros, épaule douloureuse - 30 000 euros, épaule enraidie - 80 000 euros et lombalgie - 50 000 euros.

 

Les activités plasturgistes concernées : fabrication de plaques, feuilles, tubes et profilés, fabrication d’emballage en matières plastiques, fabrication d’éléments pour bâtiment, fabrication d’articles divers, fabrication de pièces techniques… autrement tous les industriels peuvent être concernés.

Les causes d’apparitions de ces troubles sont variées. Des facteurs assez connus comme ceux liés aux mouvements effectués lors du travail : répétitivité, efforts importants, positions angulaires des membres… Des facteurs liés aux ambiances physiques de travail : froid, vibrations…

Mais aussi des facteurs psychosociaux comme le stress, la perception négative du travail peuvent être à l’origine de TMS.

 

En plus des impacts sur la santé des personnes l’apparition de ces troubles perturbe la production dans l’entreprise.

 

En effet, les TMS et les Accidents du Travail associés engendrent en outre :

- des difficultés à recruter et fidéliser le personnel;

- des pertes de savoir-faire suite aux déclarations d’inaptitude;

- des situations de tension et de stress;

- des pertes de temps (arrêts, ralentissements, non-conformités).

 

TNS.png


La plasturgie n’échappe pas à cette problématique. La profession agit pour aider les industriels à minimiser les risques d’apparitions de ces troubles.

La prévention des TMS, un facteur de productivité pour la plasturgie. L’intégration de la prévention des TMS dans la démarche de production permet des gains de productivité.

 

Marion DRUET

Allizé-Plasturgie

Publié dans Ressources Humaines

Commenter cet article

patrick 17/07/2012 18:55

Article complet sur les troubles musculosquelettiques.
Merci.

Cordialement,
PAtrick